Le Festival Photo La Gacilly

Si l’on connaît bien les festivals de musique en plein-air en Bretagne (le festival des Vieilles Charrues compte parmi les plus grands…), on connaît beaucoup moins les festivals de photographie en plein-air.

Pourtant, celui de La Gacilly dans le Morbihan, à une heure de route de Rennes (donc pas très loin de chez nous) est reconnu comme le plus grand festival photographique en plein-air de France.

Le Festival Photo La Gacilly qui est dédié à la thématique Peuples et Nature se tient du 31 mai au 30 septembre 2013, dans la commune de la Gacilly, dans le Morbihan. Cette année, à l’occasion du 50e anniversaire de l’amitié franco-allemande, le festival met à l’honneur l’Allemagne et donne un coup de projecteur sur quelques photographes allemands. Aussi, pour sa 10e édition, le festival offre une rétrospective de ses 10 ans d’existence, dans la Galerie des 10 ans où l’on retrouve les images les plus marquantes des dix éditions du festival, pour lequel ont exposé plus de 150 photographes.

Dans la cohérence de la thématique Peuples et Nature, les scénographes du festival investissent les rues et les jardins de la ville tel un lieu d’exposition : et c’est ce qui fait l’originalité du Festival Photo La Gacilly. Les photographies sont exposées en plein-air dans des lieux d’expositions ouverts à tous publics. (les expositions ne sont donc pas dans des lieux fermés).

Le Festival Photo La Gacilly propose un parcours d’exposition photographique telle une ballade sur la commune : le parcours débute au Végétarium, puis traverse la rivière de l’Aff jusqu’au Port, se poursuit sur le Chemin des Libellules, arrive aux Halles et continue sur la rue Saint-Vincent et se termine sur la rue Lafayette.

Autour du Végétarium, en début de parcours, se trouvent cinq galeries d’expositions. 

A la Galerie du Labyrinthe Végétal, se trouvent deux expositions, «Déserts Absolus», de Georges Steinmetz, et «Décrochages» de Eric Bouvet, autour des thématiques : «peuples et nature», «corps et décors» ou encore «l’homme et la nature». 

A la Galerie de la Prairie, deux expositions se font face, d’un côté, une commande du Conseil Général du Morbihan, «Le Chemin des Ecoliers» de Stéphanie Tétu, et de l’autre, «Un Conte Polaire : Quatre Saisons en Arctique» de Florian Schulz, photographe allemand. Le choix est d’ailleurs étonnant d’avoir mis en face à face ces deux expositions, entre d’un côté la genèse de la vie des oursons polaires et de l’autre la routine du chemin de l’école des collégiens morbihanais.

A la Galerie des Pommiers, se trouve le coup de coeur du New York Times, «S.O.S Eléphants d’Afrique» de Tyer Hicks, reporter de guerre pour le journal américain, une exposition dénonciatrice du massacre des éléphants au Congo et du commerce illégal de l’ivoire.

A la Galerie du Grand Chêne, l’exposition «Carnets d’Afghanistan» du couple Sabrina et Roland Michaud témoigne de l’Afghanistan des années 60.

A la Galerie du Végétarium se trouve «Vive la vie ! , une exposition de photographies anciennes du photographe Jacques-Henri Lartigue (1894-1986). A travers ses instantanés légers, Lartigue raconte la société mondaine du début du siècle précédent.

A mi-chemin du parcours, de l’autre côté du pont, à la Galerie du Port, se trouve l’exposition autour de la thématique «Peuples et Nature» du collectif Images Sans Frontière.

Vers l’Office du Tourisme, à la Galerie de la Passerelle, quatre expositions mettent d’Allemagne à l’honneur. Deux photographies géantes du Mur de Berlin accueillent le visiteur. L’une date de 1961 et montre la construction du Mur de Berlin, l’autre sa chute en 1989.

S’ensuivent, quatre expositions : «Plasma» de Eric Samak, ou encore «Hufelandstrasse Berlin 1055» de Harf Zimmerman, photographe allemand.

«Il était une fois…Berlin», autre exposition présente des archives qui ont été rassemblées par la prestigieuse maison d’édition allemande des livres d’art, Tashen. 

A la Galerie des Jardins de la Passerelle, cinq expositions mettent les photographes allemands à l’honneur : «Chroniques de l’Après-Guerre» de Robert Lebeck, «Above Zero» de Olaf Ottto Becker, «Ethnicolor» de Jan C Shelger, «Wald – Paysage de la Mémoire» de Michael Lange.

Une autre exposition présente «Nature de Mode» par des photographes de mode allemands ; coup de coeur de Karl Lagarfeld.

A la Galerie du Chemin des Libellules, se trouve l’exposition «All Ladies», Ursula Bohmer. La photographe allemande propose une galerie de plus de 80 portraits de vaches de races européennes souvent en voie d’extinction.

A la Galerie des Halles, se trouve l’exposition «les photographes en herbe ont du talent», le festival-off auquel ont participé 14 collèges du Morbihan ; le thème proposé était le voyage.

A la Galerie de la rue Saint-Vincent, se trouve «Moments de Vie», une exposition des archives de Life.

En fin de parcours, à la Galerie de la rue Lafayette, se trouve le coup de coeur du National Geographic, «Instants du Monde» de Michael Yamashita.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s